Brèves d’exits – Deuxième édition

Capture d’écran 2013-06-12 à 21.08.49Il y a quelques mois, j’avais retranscris un best-of des discussions à la con que j’ai pu entendre au bord des exits juste avant de sauter. Comme entre temps j’ai continué à sauter, et que le niveau n’est pas beaucoup plus élevé, voici un petit florilège de ce que j’ai pu entendre dernièrement.

Si jamais le sens d’un mot vous échappe, ou que vous n’avez même pas compris le sens du mot "exit" dans le titre, vous pouvez trouver des réponses dans le petit lexique du base jump.

Logique implacable :

«T’as remarqué que les gens qui se tuent, c’est toujours lors de leur dernier saut ?

- Hein ?

- Bah ouais, en général après ils en refont pas… du coup j’en conclu qu’on se tue toujours lors de son dernier saut

- …»

Le bon et le mauvais chasseur :

«De toutes façons le base c’est pas fait pour tout le monde… c’est injuste mais c’est comme ça ! Le base, y’a ceux qui sont fait pour, et ceux qui ne sont pas fait pour ! Et ceux qui sont pas fait pour il faut pas les laisser faire parce que sinon ils meurent… tandis que ceux qui sont fait pour, ils meurent quand même… sauf que eux ils étaient fait pour ! C’est quand même pas pareil !»

La discussion glauque :

«Pourquoi t’as une GoPro peinte couleur camouflage ?

- C’est pour le boulot, je suis militaire. Du coup j’ai peint ma Gopro en camo pour qu’elle soit accordée à ma tenue dans le désert.

- Ah c’est mignon ! Du coup c’est l’armée qui vous file des Gopro pour les débriefs de mission ?

- Non, c’est pour faire des vidéos souvenirs.

- Hein ?

- Bah ouais. Toi tu filmes bien tes sauts. Bah moi c’est pareil. Je patrouille avec ma Gopro sur la tête, et dès qu’on se fait tirer dessus, je l’allume avant de rentrer dans le tas. Ca fait des souvenirs et comme ça le soir on peut se remater les vidéos de la journée entre potes.

- Ah ouais… t’es un peu chaud comme gars. T’as déjà tué des gens ?

- Bah oui… enfin je crois. Je suis jamais sur, parce qu’à chaque fois ils tombent, mais comme je suis trop loin j’arrive pas à savoir s’ils sont vraiment morts.»

Amis de la poésie :

«Les filles c’est des princesses, ça chie pas… sauf du sperme après une sodomie !»

L’immortalité en une leçon :

«Y’a trop de vent pour sauter… je crois que je vais redescendre à pied, ça vaut pas le coup de prendre le risque.

- Ouais t’as raison..

- Et puis ça tombe plutôt bien, parce que c’était mon dernier saut de la journée, et comme c’est toujours à son dernier saut qu’on se tue, bah je me serais surement tué sur celui là. Tandis que là comme je vais pas faire mon dernier saut, je vais pas me tuer. Du coup le saut que j’ai fais tout a l’heure c’était le dernier, sauf que comme à ce moment là je ne savais pas que ça serait mon dernier saut, je ne pouvais pas me tuer. En fait si à chaque base trip j’annule le dernier saut après avoir fait l’avant dernier, l’avant dernier devient le dernier, mais vu qu’il est déjà passé je survis… Putain les gars, chui immortel !»

Débrancher le cerveau :

«Nan mais t’inquiète. Il a l’air compliqué ce saut, sauf qu’il est simple. Ca risque rien ! Tu fais ton saut comme d’habitude, sans te prendre la tête… et surtout, faut que tu sautes vite, parce que si jamais ton cerveau se connecte accidentellement au moment de l’impulsion, tu peux hésiter et du coup tu risques de te tuer.»

Grinding the crack :

«Oh moi tu sais les drogues… j’ai un peu tout testé. D’ailleurs ça serait moins long de faire la liste de celles que j’ai pas essayé. 

- T’as testé le crack ?

- Non… enfin si, mais c’était accidentel car c’est des mecs qui m’ont forcé à en prendre. Je passais dans un couloir, ils m’ont bloqué et ils m’ont fait une soufflette, donc ça compte pas.

- Et du coup ça fait quel effet ?

- Bah je sais pas, j’ai rien senti parce que j’étais déjà sous LSD»

 Comment désacraliser un métier qui fait rêver des millions de gamins :

 «J’étais pilote dans l’armée.

- Tu pilotais quoi ?

- Des F-16.

- Ouaaaah ! Trop classe ! Putain ça doit trop envoyer !

- Non, en fait c’est de la merde. On n’a pas assez d’argent pour vraiment les faire voler, du coup à chaque fois que je pilotais des F-16, c’était pour faire des exercices chiants à mourir. Ils m’ont jamais laissé faire le moindre rase-mottes. Même le combat aérien c’est chiant. Moi je pensais que j’allais faire des batailles aériennes de ouf, chasser l’ennemi… Mais en réalité tu vois rien, t’es juste devant un radar et t’appuies sur des boutons. Franchement pilote de chasse c’est chiant à mourir»

Discussion post-coupdetéléphone : 

«Mais qu’est ce qu’elle est chiante ! Sérieux elles tournent à quoi les meufs ? Je suis persuadé qu’elles prennent une drogue secrète pour nous péter les couilles… ça doit être pour ça qu’elles vont aux toilettes en groupe !»

Barbie passion :

«J’aimais bien les Barbies quand j’étais petit. J’en avais plein, du coup mes Action Man pouvaient toutes les niquer sans vergogne ! Ma soeur avait Barbie Vahiné. Contrairement aux autres Barbies, celle ci était complètement articulée, du coup je l’habillais différemment, et Action Man il était trop content !»

Le monsieur te dit qu’il ne voit pas le rapport : 

Alors qu’on s’apprête à sauter d’une muraille de château :

«T’as pas une musique médiévale pour mettre l’ambiance ?

- Pourquoi j’aurai une musique médiévale ?

- Bah j’sais pas… vu que ta copine aime bien le fromage, p’tet qu’elle aime aussi les châteaux»

Egyptologie :

«Les égyptiens avaient des amulettes avec lesquelles ils amulaient leurs pétards»

Drogue et étude de la faune : 

«Quand je suis défoncé, j’adore suivre les animaux pour comprendre leur mode de vie. Une fois, sous LSD, j’ai suivi une fourmi pendant 3h. J’ai vu ses moindres faits et gestes. Ca m’a emmené jusque dans les poubelles, mais c’était passionnant !»

Comment mettre fin à des doutes en une phrase (ou pas !) :

«Nan mais mec t’es sur que tu veux faire ça ? On s’apprête à faire une connerie énorme, le spot n’est pas adapté, les conditions sont à chier, ça glisse, y’a pas assez de place pour sauter à deux. Si on synchronise mal notre départ on risque de se percuter… et si on se vautre à l’exit on n’aura pas assez de temps pour se séparer et on va s’ouvrir dans la gueule. Nan mais sérieux, je crois qu’on va mourir !

- Mais non, t’inquiète ! Je le sens bien ! C’est cool !

- Est ce que tu es conscient qu’il va en falloir un peu plus pour me rassurer ?»

Problème existentiel :

«Allez t’es prêt ? Je donne le décompte : 3, 2…

- ATTA ATTA ATTA STOP ! J’suis pas prêt !!!

- Qu’est ce qu’il se passe ?

- Bah je sais pas encore si je vais crier «Black Death» ou «Allah Akbar» pendant le saut… du coup j’ai hésité. Mais non en fait t’inquiète, on peut y aller ! C’est décidé : je vais crier «Youpi !».»

Problèmes d’hygiène :

«Je ne me rappelle pas du jour ni de la personne qui m’a apprit à me torcher. Du coup je me demande comment j’ai appris. Et comme il n’y a personne pour voir comment je m’y prend, bah si ça se trouve ça fait 25 ans que je me torche de la mauvaise façon… et peut être que je mourrais sans savoir que je ne me suis jamais torché comme il le fallait ! Du coup j’ai fais une recherche Google pour savoir s’il y a une méthode précise, et je me suis aperçu que les gens n’avaient pas du tout le même avis sur la façon de procéder. On n’en parle pas assez je pense !

- T’as un gros problème !

- Non mais il a raison ! Moi je me tapais une fille qui avait tout le temps des infections vaginales, et puis quand je lui bouffais la chatte, je trouvais qu’il y avait une odeur bizarre. J’ai fini par réaliser qu’elle se torchait par l’avant, en passant sa main entre ses jambes. Du coup elle ramenait tout vers son vagin ! Je lui ai conseillé d’en parler à un gynéco, et je me suis enfui !»

Dispute de couple :

«Bon, tu donnes le décompte et on saute. On essaye de se regarder un peu en chute, puis après on fait comme d’hab’ : toi tu track vers là bas, et moi je track vers le champ là bas.

- Tu veux pas tracker un peu plus à droite ? Moi je voudrais tracker vers ce champ l

- Oh non… c’est mon champ ! Tu veux quand même pas que je fasse mon vol complètement vers la droite espèce d’égoïste !

- Nan mais j’aime bien ce champ…

- Ouais mais moi après j’ai plus de place pour voler !

- Bon bah ok prend le ton champ !

- Nan mais on a qu’à couper la poire en deux. Tu voles 20° vers la gauche, et moi 20° vers la droite et comme ça tout le monde est content.

- Non, t’as voulu ton champ, bah maintenant prend le  !

- Oooooh, mais boude pas !

- Je boude pas, je te laisse ton champ ! Allez on y va !

- Bon… Tu sais je t’aime quand même mon lapin.

- Moi aussi je t’aime.

- Youpi !

- Allez ! 3, 2, 1 : YIIIIIIIIIHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !»

À propos de davidlaffargue

Jeune idiot adepte de BASE jump, de parachutisme et de barbecues au soleil
Cette entrée a été publiée dans Base Jump. Bookmarquez ce permalien.

3 réponses à Brèves d’exits – Deuxième édition

  1. Aah j’adore :) Vous êtes bien barges, mais c’est de la bonne bargitude.

  2. Pingback: Brèves de commissariat | David Laffargue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s